20180413_182256les murs de verre de la Sainte Chapelle 

 

20180420_185923la pierre blonde du portail de Notre Dame

20180420_192744les deux tours de Notre Dame de Paris

 

Paris

Je veux encore parcourir tes rues

Vers Notre Dame qui trône en majesté

Et là me saouler de sa vue  :

Proue sur l'île de la Cité,

Comme un large vaisseau

Elle porte l'humanité.

Ancrée pour l'éternité, 

Dans l'ancien Paris si beau.

Je veux encore revoir le Louvre

Quand la nuit le pare de lumière

Et que  les oeuvres d'art de la terre entière

Rêvent jusqu'à ce que ses portes s'ouvrent

Pour que les touristes viennent en tout temps.

Je veux encore entendre le bruissement

De la vie et celui, dans les arbres, du vent

La clameur des promeneurs, des passants

Qui à bord des  bateaux mouches sur la Seine

Parcourant tant de siècles, tant d'art, avec peu de peine

Je veux écouter encore les concerts impromptus

Sur tes places et au coin de tes avenues.

Dans tes opéras, tes théâtres, je veux entendre

La musique, le chant dont je peux attendre

La consolation, si ce n'est pas la guérison.

Je voudrais effleurer de la main les pierres dorées

De tes monuments que j'ai tant aimés,

Elles me parlent, elles me confient

Qu'il y a toujours un espoir quand il y a la vie !

A Paris, on ne naît pas

20180608_151220

on y renaît et chaque jour

Se tisse avec la ville des sentiments d'amour.

Paris, je ne veux pas mourir

Paris, je veux toujours partir                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           la Seine      

À la rencontre de ta ville

Si merveilleuse et si tranquille. 

Dans la lumière de l'été,

La Seine coule belle, calme à jamais.

Te quitter pour un hypothétique paradis

Impossible, Paris, tu es déjà le paradis

Il suffit d'ajouter deux lettres à ton nom

Et au cancer, à la mort, tu m'aides à dire NON !