La triste affaire de Naomi morte à 22 ans pour n'avoir pas été prise au sérieux permet d'aborder le problème les urgences.

D'abord, il est inadmissible qu'une réceptionniste  se permette de dire "tout le monde doit mourir un jour" à une femme qui déjà avait du mal à parler et qui lui disait "je vais mourir" La moindre des choses, c'est d'être humain dans ce métier et de  ne pas raccrocher en disant "quand vous parlerez mieux, vous rappelerez" et en plus de demander à quelqu'un qui visiblement ne va pas bien d'appeler toute seule un autre numéro, comme si la réceptionniste ne pouvait pas lui passer immédiatement le service concerné. Mais grâce à l'enregistrement et malheureusement en raison de la mort d'une jeune mère, on a pu se rendre compte de la façon inhumaine dont des personnels de santé traitent les mala des.

Je peux en témoigner non seulement des médecins généralistes ou des spécialistes  sont absolument dépourvus d'empathie mais ils vous lancent des remarques cinglantes et ne vous prennent pas au sérieux. Ainsi lors de mon troisième cancer, une récidive il a fallu que j'aille en ville faire la mammographie sinon le délai d'attente pour finir pour apprendre abruptement qu on enlèverait mon sein et comme je pleurais voilà la réflexion que j'ai eu d'un cancérologue "il y a des filles de 25 ans à qui on enlève le sein' vous n'avez pas à pleurer" comme si à 41 ans, on doit accepter avec le sourire une massectomie et remercier encore alors que pendant des mois, mes douleurs, mes mauvaises analyses n'ont pas été prises au sérieux. Et ce sont des médecins qui ont fait des études longues qui vous disent aussi brutalement "si on ne commence pas la chimiothérapie tout de suite après ablation vous êtes morte dans 3 mois". Vous allez chercher du réconfort chez votre généraliste, cet homme sans coeur vous dit que statistiquement "le taux de survie est 40 pour cent de survie à 5 ans". Même lors de mon premier cancer au sein droit, même combat il a fallu que j'attende 4 mois pour avoir des résultats et comme ils étaient mauvais malgré leur avis contraire, c'était un cancer et il a fallu m'opérer très vite. De plus, on m'a affublé du terme "revendicatrice'. Cinquième cancer' récidive à droite, la mammographie pratiquée en ville de province montre un nodule suspect, et le cancérologue qui avait refusé de m'examiner sous prétexte que la mammographie précédente était bonne, m'a précisé que ce n'était pas un cancer et que de toutes façons on ne pouvait faire des examens avant septembre car l'été il y  a manqué de personnel. Ce n'est que parce que je suis allée à Bordeaux au centre anti cancéreux qui eux ont été efficaces' consciencieux même en été et fait tous les examens qui ont bien démontre que c'était un autre cancer que le centre anti cancéreux parisien m'a prise enfin au bout de trois mois au sérieux, mais bien sûr sans une excuse ou un mot de regret à mon égard, moi la patiente jugée "revendicatrice" parce qu'elle défend sa peau.

Oui comme Naomi j'ai appelé les urgences plusieurs fois parce que j'avais peur de mourir, de faire un infractus ou que je cachais du sang. Je comprends son désarroi quand on vous dit "tout le monde doit mourir' je l'ai entendu dans une salle d'attente médicale d'un patient qui minimise une urgence à son profit.

Pareillement' j'ai entendu un pneumologue me répondre parce que j'avais peur de mourir en raison de mes crachements de sang "c'est Dieu qui décide" et lui en tant que spécialiste qu'est ce qu'il fait ? Pendant plus de deux ans, je demandais à mon chimiothérapeute de me voir plus qu'une fois par an  en raison de mes crachements de sang et de me faire examiner par un cancérologue du poumon. Refus, la généraliste me rassure en disant que même si mes marqueurs sont très élevés ce n'est pas grave selon le chimiothérapeute  qu'elle réussit tres rarement à joindre . Résultat j'ai un nodule suspect au poumon et même si c'est cancéreux on ne peut m opérer en raison de ma valve cardiaque posée il y a 2 ans et de mon insuffisance respiratoire. En plus j'ai un nodule suspect au foie et et un à faire analyser à la glande tyroide.

Après cela, ils disent qu'ils sont les meilleurs ! Ils oublient que plus on attend, plus c'est grave.

Donc comment voulez vous que des personnes formées sur le tas aient la moindre compétence en psychologie puisque des docteurs avec un cursus d'etudes importantes en sont dépourvus pour la plupart du temps.

Pour en revenir aux problemes des urgences, il faut dire quand vous appelez le SAMU dans des départements du centre (le désert médical), il faut attendre trois heures pour qu'enfin un médecin vous rappelle car il doit gérer les urgences de 3 départements et pourtant vous avez dit tout votre passé médical, vous avez dit à la réceptionniste que vous pensiez mourir à cause d'un infractus et même si on vous a bien accueillie à la différence de Naomi on vous laisse seule, dans l'angoisse, la peur au ventre â cause de la peur de mourir PENDANT 3 HEURES j'aurais pu mourir 10 fois à cause du manque de moyens et du manque d'anpathie. Par exemple lorsque j'ai été emmenée par les pompiers pour avoir craché du sang, on m,a fait une radio que je n'ai jamais eue' je n'ai pas vu le médecin et pire on m'a laissé repartir en métro alors que j'étais mal et que je suis venue en ambulance. C'est une honte de voir que les médecins ne délivrent plus des bons de transports par taxi conventionné alors que le malade est essouflé, a du mal à marcher.

Mais Naomi est morte et j'en ai froid dans le dos, je souhaite à sa famille bon courage car j'ai eu l'expérience d'une erreur médicale grave avec opération ratée et plaie ouverte au dos et alors que la chirurgienne ne m'avait pas fait signer le papier des risques et avait rempli elle même ce fameux papier (la différence entre nos écritures était patente,, les hôpitaux l'ont défendue contre moi (motif cette malade qui a eu 5 cancers devait évaluer toute seule les risques même si la chirurgienne lui avait affirmé qu'elle avait 100 pour cent de réussite et qu'elle ne lui a pas fait signer le papier) et je n'ai eu que 2000 euros de dommages et intérêts pour une plaie et qui a suite pendant 2 ans !!!

Si les patients ne s'unissent pas, les malades continueront à mourir par indifférence, apathie, inconscience d une partie  des personnels de santé.